Un peu d'histoire !

Frise-historique.png

La zoothérapie:

Le Mot « Zoothérapie » provient  du mot grec  « Zoo » qui signifie  « animal »,   et du mot grec   « Therapeia » qui signifie  « soin, cure ».

De la préhistoire à nos jours, l’animal a toujours fait partie de notre environnement, autant physique que spirituel. D’abord considéré comme une sorte d’intermédiaire entre le monde des humains et celui des dieux (les égyptiens), jusqu’à devenir notre animal de compagnie.

Son effet bénéfique sur l’Homme était déjà reconnu au 9e siècle, puis 17e siècle, on pensait en effet que s’occuper d’un animal pouvait rétablir l’harmonie entre le corps et l’esprit.

Aux 18e et 19e siècles, diverses espèces d’animaux faisaient partie intégrante du décor de plusieurs institutions de soins en Allemagne, Angleterre et USA. Florence Nightingale, fondatrice des techniques infirmières modernes, fut l’une des pionnières dans l’emploi d’animaux pour améliorer la qualité de vie des patients.

Il a toutefois fallu attendre la fin du 20e siècle pour que la recherche se développe et démontre alors scientifiquement les effets bénéfiques que l’animal peut avoir sur la santé physique et psychologique des humains.

La médiation animale:

Le mot médiation vient du latin «médius» qui signifie «au milieu de».

Ce terme fut principalement utilisé, au cours des siècles, pour indiquer une interposition offerte à deux ennemis.

Dans le dernier quart du XXe siècle, le mot médiation a été de plus en plus employé, notamment dans le domaine de la vie sociale, du travail, de la famille ou dans tout espace relationnel où il peut exister une dynamique conflictuelle.

La médiation va donner les moyens aux personnes, momentanément dans l’incapacité de communiquer, de pouvoir s’exprimer et d’entrer en relation avec l’autre.

La médiation sert d’intermédiaire.

Elle propose un espace entre deux personnes ou entre les membres d’un groupe.

Pour rester dans le domaine de la thérapie, la médiation doit être avant tout au service d’une expression de soi engageant la globalité de la personne et sa créativité.

A la base des médiations, on trouve la notion de « tiers », de triangulation.

Cette notion prend tout son sens dans un travail avec des personnes fragilisées.

En effet, la médiation s’inscrit comme un «entre-deux» dans la relation entre le thérapeute et la personne qui leur permet de se rencontrer.

Participer ensemble à une activité, discuter autour de l’animal, l’observer… peut permettre d’établir un « contact » et aussi faciliter l’entrée en relation et donc le travail.